Aeroscopia : ciel, mon musée !


L’avènement d’Aeroscopia à Toulouse Blagnac a été l’événement de ces dernières semaines pour les passionnés d’aéronautique, les assoiffés de nouveautés et les curieux de tous bords. Alors, ce musée géant est-il à la hauteur de ses ambitions, et de nos espoirs ? La réponse avec ma check-list de visite.

La check-list, comme vous le savez, est une liste de vérification dont les pilotes doivent suivre les étapes afin de s’assurer que tout se déroule bien. Voici la mienne, celle d’une simple visiteuse embarquée à la découverte du musée de l’aéronautique Aeroscopia.

Etape 1 – Roulage
Sur la rocade qui dessert la zone Aeroconstellation, fief d’Airbus, Aeroscopia est parfaitement indiqué. Sans me tromper de sortie, j’arrive sur le site et, guidée par le fléchage, me gare comme une fleur sur le vaste parking de 200 places. Un cheminement piétonnier me conduit jusqu’à la superstructure du musée. Un magnifique Concorde, symbole par excellence de notre patrimoine aéronautique, est garé sur le tarmac. C’est ici, pas de doute.

Le Concorde, entré dans l'Histoire, est l'une des stars d'Aeroscopia.

Le Concorde, entré dans l’Histoire, est l’une des stars d’Aeroscopia.

Etape 2 – Avant-décollage
Je vais donc pénétrer dans cette impressionnante architecture de forme oblongue recouverte de zinc gris. Le côté peau de requin est du plus bel effet. Accolé, le bâtiment d’accueil est de dimension raisonnable. Lumineux, chaleureux avec ses fauteuils design, il a un côté hall d’aéroport en phase avec le sujet. Un grand escalier marque le début de la visite. Nous l’empruntons telle une passerelle qui nous mènerait à bord.
Un couloir fait suite, imaginé comme la cabine de l’avion. En effet, des supports en forme de hublots nous présentent (surprise !) des images d’un autre temps.

Avant le hall d'exposition, des fresques et images évoquant le désir éternel de voler.

Avant le hall d’exposition, des fresques et images évoquant le désir éternel de voler.

Des fresques, peintures, dessins de l’Antiquité, du Moyen Age, de la Renaissance et ainsi de suite jusqu’au début du XXème siècle : c’est un voyage à travers les siècles et les représentations du désir de voler : un rêve qui a fait vibrer les hommes depuis toujours, du mythe d’Icare à la montgolfière colossale d’Eugène Godard, en passant les machines volantes de Léonard de Vinci.

Etape 3 – Après-décollage
Au bout de la galerie, c’est le décollage. Waouh, nous y sommes ! La superstructure et sa résille intérieure de métal m’enveloppent dans une poésie de la démesure. Tout est immense. Je débarque sur la mezzanine, en surplomb de l’espace d’exposition des avions.

Aeroscopia : 7 800 m2 dédiés à notre patrimoine aéronautique.

Aeroscopia : 7 800 m2 dédiés à notre patrimoine aéronautique.

Certains d’entre eux, stars du musée, sont tellement énormes que leurs fuselages m’arrivent à hauteur des yeux. Il s’agit de l’avion cargo Super Guppy, de l’Airbus A300B et du Concorde : trois légendes, intimement liées à l’histoire aéronautique de Toulouse et de sa région.
A leurs pieds, une vingtaine d’autres appareils se laissent détailler par une petite foule d’admirateurs : en l’occurrence, 300 personnes travaillant sur le site Airbus Louis Bréguet, voisins venus en visite.

Etape 4 – Croisière
La mezzanine sur laquelle je me trouve propose une rétrospective de l’histoire de l’aviation.
Images, photographies, maquettes vous immergent dans un bain de couleurs, d’informations et d’objets d’une richesse si condensée que plusieurs visites pourraient être facilement envisagées. Les uns s’intéresseront aux pilotes héroïques de la grande guerre, les autres seront fascinés par l’aventure de Mermoz et de l’Aéropostale, les autres auront du mal à décoller des très jolies maquettes des avions construits par Dewoitine à Toulouse.

Sur la mezzanine, toute l'histoire de l'aviation.

Sur la mezzanine, toute l’histoire de l’aviation.

Pour ma part, je ne résiste pas à l’envie de monter à bord du Concorde. Mon élan est stoppé par une petite file d’attente. Le nombre de passagers est en effet limité pour un meilleur confort de visite. En attendant, je file vers Super Guppy. Sa silhouette de baleine volante, miraculeuse dans l’air, a bien souvent traversé le ciel toulousain avant d’être remplacé par le beau Beluga. Le nez de l’avion est ouvert : l’intérieur de son fuselage hors normes est devenu salle de projection de films.

L’accès au Concorde est maintenant possible. Pour la première fois de ma vie, je peux monter à bord de cet avion unique au monde, passé à la postérité, entré dans l’Histoire ! L’émotion est là. C’est une sensation très particulière, de fureter dans l’étroit fuselage du supersonique, comme avoir l’impression d’avoir trouvé un trésor quand on est enfant.

Embarquer à bord du Concorde : l'un des temps forts de la visite.

Embarquer à bord du Concorde : l’un des temps forts de la visite.

Du Concorde, une passerelle permet d’accéder à l’Airbus A300B. Etonnant ! L’intérieur de l’avion a été pour partie déshabillé, dévoilant sa machinerie interne luxueusement compliquée. Dans l’autre partie, on admire les raffinements de ce vaisseau haut de gamme offrant salon privé, chambre, salle de bains, …

aeroscopia_A300B_interieur

A l’intérieur de l’Airbus A300B.

Etape 5 – Descente
Je descends maintenant au rez-de-chaussée d’Aeroscopia, louvoyant entre les avions civils et militaires présentés dans une exposition de dimension internationale. Messerschmitt, Mirage III, Starfighter, … ce sont des avions (et des hélicoptères comme le Gazelle) dont les noms sont entrés dans la mémoire collective, que l’on s’intéresse ou non au sujet. Tous sont de splendides machines, et je me plais à les inspecter sous toutes leurs coutures de métal rutilant.

Au pied de l'avion cargo Super Guppy, un Messerschmitt (collection Airbus).

Au pied de l’avion cargo Super Guppy, un Messerschmitt (collection Airbus).

Etape 6 – Approche
Justement, pour mieux approcher les multiples facettes de l’aéronautique, des ilots thématiques sont alignés sur tout un flanc de la superstructure.
J’y découvre, un brin interloquée, que des passionnés font de l’archéologie aéronautique, menant de véritables enquêtes sur tel avion tombé à tel endroit pendant la guerre de 39-45 (entre autres).
Dans un autre ilot, on me propose de rentrer dans les coulisses d’un aéroport, de me glisser dans la peau des pilotes de ligne. On m’informe aussi, avec la volonté visible de susciter des vocations, sur le très vaste champ des carrières de l’industrie et du transport aériens. Ah, si j’avais su …

Un lieu de découverte passionnant pour les enfants.

Un lieu de découverte passionnant pour les enfants.

Plus loin, un trio de fillettes s’amuse à concevoir sur un écran tactile leur propre avion. Quel moteur choisir, quelle couleur pour les sièges, etc : il y a débat. D’autres enfants font cercle autour d’un simulateur de vol très convoité.

Etape 7 – Atterrissage
Voilà. Retour dans le hall d’Aeroscopia. Je viens d’effectuer un vol de deux heures dans ce supermusée. J’ai survolé des pays, des continents, des visages. J’ai voyagé dans le temps. J’ai vu des sommets de technologies et des océans de savoirs. Il n’y a pas eu de turbulences. L’équipage était très compétent, et je ne peux que vous encourager à prendre votre billet. Check-list OK.



En pratique

Aeroscopia – Zac Aeroconstellation – Toulouse-Blagnac.

> Ouvert toute l’année, tous les jours.

> Accessible en voiture, deux roues et autocar (parkings spécifiques à chacun). Accessible également en tramway (ligne 1, arrêt Beauzelle – Aeroscopia) puis 20 mn de marche.

> Visite libre ou visite guidée (inscription sur place en fonction de la programmation).
> Possibilité de visioguidage par Smartphone : application téléchargeable gratuitement sur votre Smartphone ou location d’un Smartphone sur place.

> Le conseil du commandant du blog : associer la visite d’Aeroscopia et celle du site d’assemblage de l’Airbus A380, situé à proximité immédiate.
Nous avons la chance d’avoir à Toulouse ces deux sites exceptionnels l’un à côté de l’autre : il faut en profiter !

> Tarifs, horaires, formules de visites sur www.aeroscopia.fr

Sous le Concorde.

Sous le Concorde.

Catégories :Visiter

Tagué:, ,

1 réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s